CROMWELL

dessinateur de l’affiche
vendredi 24 février 2012

Entretien avec Cromwell, dessinateur de l’affiche

Zoom L’affiche de la Fête de la Scie renvoie en partie à votre adaptation du Dernier des Mohicans. Vous êtes encore très attaché à cet univers ?

JPEG - 656.3 ko Cromwell Oui. D’ailleurs, je continue de peindre avec la même technique que j’ai élaborée pour Le Dernier des Mohicans. Là, je travaille sur un nouveau projet de BD qui sera une adaptation d’une nouvelle de Jack London, et je pense que cette technique s’y adaptera parfaitement.

Zoom Quel est le titre de la nouvelle ?

Cromwell Ça, je ne le dirais pas. (rires)

Zoom Qui sont les « 3 Caillasses » et comment vous est venue l’idée de monter une exposition ensemble ?

Cromwell « Les 3 Caillasses » c’est Laurent Le Penru, Cédric Bosquin et moi-même. L’idée est venue à la suite d’une espèce de pari avec Le Penru (dit « Lo* ») lorsque que je suis venu au Havre pour l’avant-première du Dernier des Mohicans. A l’époque il sculptait des insectes en fer forgé. Quand il a vu la BD, il m’a dit qu’il verrait bien ça en sculptures. Alors je lui ai dit « t’es pas cap ! ». Après une première adaptation d’une de mes images, le résultat était tellement réussi qu’on a continué. Je ne voulais pas de « para-BD », de figurines. Je trouve que ça ne raconte rien. Je voulais que ce soit une nouvelle interprétation de l’histoire. Même si j’étais présent pour donner quelques conseils esthétiques, Lo* nous livre là sa propre vision de l’œuvre à travers des pièces uniques entièrement réalisées en acier. Là-dessus, comme il voulait garder des traces, il a demandé à Cédric Bosquin – un super photographe ! – de faire des photos dans l’atelier pendant qu’il travaillait. Ça a donné une dimension supplémentaire et une cohérence à toute cette aventure. Du coup, je trouve que nos trois travaux sont complémentaires.

Zoom Pourquoi « caillasses » ?

Cromwell Parce que j’appelle souvent les gens que j’aime bien « ma Caillasse ».

JPEG - 591.6 ko Zoom Vous venez de sortir un art book, dernièrement. Que peut-on y trouver ?

Cromwell 25 ans de boulot. On peut appeler ça une rétrospective. Je n’ai pas pu tout mettre, j’ai encore de quoi faire un tome 2. J’y ai glissé des inédits réalisés exclusivement pour l’occasion, dont pas mal d’images « bonus » du Dernier des Mohicans. Il y a cinq chapitres au fil desquels on explore les univers que j’aime : le western, le rock (à travers quelques affiches que j’ai faites), le punk et la science-fiction.

Zoom Est-ce une façon de faire un bilan pour mieux passer à autre chose ?

Cromwell Non, c’est plutôt l’occasion de se rendre compte que mon travail d’il y a 25 ans rejoint ce que je fais encore aujourd’hui. C’est une sorte de journal. J’y montre les différentes techniques de dessin que j’ai utilisées durant toutes ces années. Je suis tout cela à la fois. J’ai un autre projet de BD dans les cartons, un projet très personnel. Graphiquement, il nécessitera une pluralité de techniques allant du dessin en noir et blanc au dessin assisté par ordinateur en passant par la peinture. Mais je fais ça parce que l’histoire s’y prête. C’est toujours l’histoire qui commande. Aujourd’hui, la technologie nous permet de monter un bouquin comme on pourrait monter un film. On a une facilité de traitement de l’image qui est fabuleuse. Il n’y a plus de limite. Je sais que je peux enfin avoir une grande liberté de création, et pour moi la liberté c’est pouvoir m’éclater sur un projet, qu’il s’agisse d’un sujet grave ou léger. On ne pouvait pas forcément donner autant de puissance à un bouquin dans la BD franco-belge dite traditionnelle avec son découpage par case très codifié. J’adore ça, mais aujourd’hui il y a eu des pistes qui ont été données par pas mal d’auteurs pour raconter différemment une histoire et aller plus loin graphiquement. Richard Corben était très en avance dans les années 70, j’y voyais déjà une liberté incroyable à l’époque et je veux me servir de tout ce qui a été acquis depuis ces 40 dernières années. J’étais passionné par la bande-dessinée à 14 ans, je le suis cent fois plus à 52.

Zoom On connait Cromwell le dessinateur mais un peu moins Cromwell le rockeur. Quels sont vos projets avec votre groupe « La Bonne, la Brute et le Truand » ?

Cromwell On prépare un nouvel album. Le premier s’appelait Rien ne m’arrêtera, le deuxième s’appellera Duck you Sucker (titre original du film Il était une fois la révolution – ndlr). Pour le premier disque, j’avais fait un joli livret illustré, format à l’italienne. Le prochain sera également un bel objet.

Zoom Le titre est encore une référence au western spaghetti ?

Cromwell Toujours ! On se définit comme la référence mondiale du punk-spaghetti. (rires)

Entretien réalisé par téléphone, le 13 février 2012


Dernière Minute

Saison culturelle 2014/2015

  • Programme de la saison culturelle 2014/2015 Lire l'article
  • À voir

    Données manquantes. Contactez le webmaster.

    Agenda

    <<

    2017

    >>

    <<

    Avril

    >>

    Aujourd'hui

    LuMaMeJeVeSaDi
         12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

    Situer Harfleur

    Pour situer la ville d'Harfleur
    Plus de détails...